Le découvert bancaire

                      Les Français accumulent un découvert bancaire record !

La crise financière a tout changé, tout bouleversé. Salaires et pouvoir d’achat, modes de consommation, impôts, épargne, nouvelles fortunes, évasion fiscale, rapport à l’argent.

Voici les effets directs et visibles de la crise financière. 2 Français sur 5 n’arrivent plus à vivre de leurs salaires et sont obligés d’utiliser des découverts très coûteux qui vont aggraver leur situation. La fin est proche…

La gestion du budget, c’est compliqué : entre les prélèvements automatiques dont on ne connaît pas forcément le montant exact, les courses, les achats, les sorties et les imprévus, les Français ne s’en sortent plus.

Du coup, le découvert bancaire devient leur grand ami et les Français y sont abonnés. Un abonnement qui coûte très cher à la fin de l’année.

Les Français ont de plus en plus recours au découvert bancaire pour leurs dépenses d’équipement. Une bonne nouvelle pour les banques qui placent ainsi un produit financier à taux élevé.

 https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260

Ainsi, alors que les banques autorisent des découverts pour des montants assez bas, les Français sont souvent à découvert pour des montants bien plus élevés. Selon l’étude, 61 % dépassent la limite de découvert une fois par an au minimum. Certains y sont bien évidemment plus abonnés que d’autres et les Français sont 1 sur 4 (25 %) à dépasser leur limite de découvert tous les mois de l’année.

A force, ça devient un véritable problème : les intérêts bancaires coûtent cher (10 % d’intérêts en cas de découvert non autorisé) ce qui fait léviter les frais du compte qui ont atteint des records : 59,80 euros par an en moyenne. Les banques, elles, s’en frottent les mains.

                    https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260 

A la fin du deuxième trimestre, le montant cumulé des découverts des comptes courants français représentait 7,6 milliards d’euros. A l’inverse les encours de crédits renouvelables, dits « revolving » continuent leur chute pour s’établir à 20,2 milliards.

Bien loin de l’année 2006 où ils dépassaient les 30 milliards, avant la crise économique (époque où les découverts, eux, étaient à l’inverse beaucoup plus modérés). Une bonne affaire pour les banques, sachant que le taux moyen de découvert en France s’établit à 10,02%.

C’est effectivement intéressant pour les établissements bancaires car un découvert s’apparente à une forme de crédit

                Tous les niveaux sociaux sont concernés par le découvert bancaire …

                       https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260
On pourrait toutefois penser que le découvert est quelque chose qui ne touche que les ménages les moins aisés, épargnant les ménages les plus riches de par leur richesse. Ce n’est pas le cas : 52 % des ménages ayant des rentrées d’argent de plus de 3 000 euros par mois dépassent leur limite de découvert au moins une fois par an.

Chez les ménages ne gagnant que 1 500 euros par mois ou moins, ce dépassement ne concerne que peu de personnes en plus : 62 % selon l’étude Panorabanques/RTL/Le Parisien. Néanmoins, si tous dépassent la limite de découvert une fois par an, ils sont largement plus à la dépasser tous les mois chez les ménages les moins aisés (28 %) que chez les plus riches (16 %).

Le crédit renouvelable est une sorte de réserve dans laquelle le client peut piocher facilement, mais dont le taux d’intérêt est très élevé : entre 8 % et 20 % en général.

               La crise engendre de nouveaux modes de consommation

                https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260

« Les Hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité, et ils ne voient la nécessité que dans la crise », Jean Monnet.

La crise a modifiée les pratiques de consommation de la majorité des Français. Sur 100 personnes interrogées, 64% déclarent que la crise actuelle va durablement changer leur façon de consommer.De nouvelles tendances se dessinent comme celles de la recherche du prix le plus bas ou encore du refus de jeter. Enfin, face au défi écologique, une nouvelle façon de consommer, plus protectrice de l’environnement, est en train d’émerger.
Un débat sur le pouvoir d’achat agite la société depuis plusieurs années.

Des coûts de logement plus élevés, de nouveaux frais fixes (Internet, téléphone portable…) et des désirs croissants liés aux biens technologiques ont conduit les consommateurs à vouloir économiser là où c’était possible : la nourriture quotidienne. Nourrie par la flambée de quelques produits emblématiques (baguette de pain), la perception d’une hausse importante s’est alors ancrée dans les esprits.

L’achat « perspicace » devient alors un moteur de consommation : marchander se généralise et le prix affiché n’est plus celui que l’on veut payer.

Faire une bonne affaire permet aux individus de montrer leur intelligence face au système marchand. Du coup, la recherche d’informations devient pour eux un enjeu et celle-ci, à travers Internet et le bouche à oreilles, qui échappent aux cadres classiques des actions marketing.
             https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260 

D’autres logiques emblématiques de cette évolution se sont exprimées lors des soldes de janvier par exemple. Les achats de textiles se sont concentrés sur les premiers jours où les démarques atteignaient 50 % et ont surtout servi à rattraper des achats différés. D’autres ont repoussé leurs courses de Noël pour les payer moins chers lors des soldes.

Néanmoins, certains produits ne sont pas touchés par la crise actuelle, à savoir le téléphone portable qui reste un produit à part ou les intentions d’achat sont même en progression ces dernières années ou encore le chocolat.

               Se contrôler et maîtriser ses achats devient à son tour source de plaisir.
Parmi les nouvelles pratiques, on trouve : le fractionnement des dépenses qui rend les coûts plus indolores (mettre 30 euros de carburant au lieu de faire le plein), faire ses courses après manger ou les faire livrer pour ne pas être tenté par l’hyper choix des magasins, choisir des surfaces à taille humaine où le lien social est remis au cœur de la consommation.

Aujourd’hui des solutions existent pour faire face à la crise, des plateformes de Financement Participatif ou encore appelées “Crowdfunding” apportent une alternative cohérente pour y remédier. MultiWin Plan offre cette alternative pour aider les gens.

                https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260 


Vous aurez toutes les explications gratuitement de comment cela fonctionne, les avantages, les conditions, et surtout tout ce que vous allez gagner en rejoignant le club privé Multiwin plan. C’est un système qui aussi se tourne à l'international et par zone de développement.
https://club.multiwinplan.com/set_signup.php?CodE=FR-JEAR-260